Sommaire L'Homme L'Oeuvre Galerie Actualité
DEBUT RETOUR GALERIE FIN







La Galerie Despierres

"Le passé, c'est ce que l'homme n'aurait pas dû être,
le présent c'est ce que l'homme ne devrait pas être,
l'avenir, c'est ce que les artistes doivent être"

Oscar Wilde

Comme une course où les athlètes se transmettent le témoin, Hélène Geoffroy a passé le relais de la Galerie Oléastre à Claude Flach. Y a-t-il plus beau relais qu'une galerie d'art pour unir les patients efforts de l'une aux beaux espoirs de l'autre ?

La galerie, aujourd'hui à l'enseigne "Despierres" voit donc revenir, pour en tenir désormais les rennes, celui que la précédente maîtresse des lieux avait su choisir pour l'exposer.

Athlète au propre et au figuré, Claude Flach ne se contente pas de reprendre un lieu: il le recréé, s'inspire de sa lumière et de son âme pour l'offrir à de nouveaux regards. Le voici ouvert aujourd'hui à sept artistes représentant autant de trajectoires distinctes.

Suite...
DEBUT

Graveur, Jean-François Rivaud se libère avec une jubilation discrète dans les apparentes contraintes d'une facture classique par la patience, l'instinct et le plaisir.


Peintre, Dan Steffan observe l'humain pour en extraire le pathétique, avec un sens aigu du comique grinçant qui se dissimule derrière l'écorce des banalités.


Graveur aussi, mais d'une toute autre forme d'expression, Kruno Jacobovic trace des sillons rugueux et nerveux, remplis d'énergie où la force et l'urgence donnent aux traits d'apparence malhabile la grâce d'une poésie étrange et indéfinissable.


Suite...

Peintre et graveur, Christophe Hohler, a fait de l'homme davantage qu'un sujet d'étude: un terrain en friche, où il s'aventure comme l'explorateur dans la savane.

Comme une âme soeur ou un écho, Anne Lerognon, chemine vers la perception des sensations tues. Mais ici, ce sont la femme et l'enfance les vecteurs d'une quête inexpugnable des sentiments révélés.

Nourri par le sens de la dérision, animé par le talent autant que par le goût d'une certaine forme de provocation, Raymond Waydelich est le gardien d'un zoo bien étrange, un genre de bestiaire de l'humanité ou trainent les manteaux de nos illusions, qu'un simple rire peut encore sauver.

Suite...

Claude Flach enfin, complète cette fine équipe. Lui, ne se décrit pas. Il se découvre parce qu'il se livre et se délivre, parce qu'il nous comprend. Sceptiques et perplexes, allez le voir, tout s'éclairera...

Parlez-lui et peut être vous répondra-t-il que les accrochages, chez lui, se font au feeling.

Que les expositions se font à l’année, parce qu’ici la durée nourrit la fidélité.

Peut-être même vous surprendrez-vous à susurrer :

Ici, pas de vernissage :
On compte sur le passage.
Celui des gens sans démons,
Qui viennent, passent et s’en vont

Photo Galerie...

La Galerie Despierres ?
Un univers, tout simplement.

Un univers et un esprit, le creuset d’une synthèse entre des artistes dissemblables et pourtant unis par un même respect de l’autre.

Qui mieux que Claude Flach lui-même pour définir ses pairs et l’âme de la galerie :

« Ce sont de semblables perceptions du monde, des regards qui se croisent, s’accompagnent et s’éloignent, pour conserver leur singularité. Je crois que nous tentons ici de donner, ou de redonner, la parole à l’Homme ».

Photo Gordes...

La Galerie Despierres ?

Une île perchée sur une colline, l’île au trésor d’un chercheur d’âme, d’un optimiste désespéré qui tente comme il respire, souriant devant l’apocalypse comme le sage sourit devant la renommée tressée par les disciples…
Texte de Thierry Scherrer
- Avril 2006 -


DEBUT





Retour page d'Accueil Claude
FLACH
Concepts
  © Claude FLACH Concepts Ecrire à Claude